On a surtout parlé de mode et lifestyle ici ces derniers temps, mais pour mon premier article de 2019 je suis très contente de parler à nouveau de musique, et d’autant plus avec un artiste découvert par Dsibel Production.

Cet artiste c’est Nicko, rappeur de Luçon, et nous nous intéressons tout particulièrement à lui puisqu’il a récemment sorti son second album le 21 décembre dernier, intitulé Mots pour maux.

Avant de parler de son projet revenons sur le parcours de Nicko. Cela fait maintenant 10 ans qu’il évolue dans le monde de l’écriture en ayant commencé par le slam et la poésie. Deux ans plus tard il rencontre Trombiz, un rappeur nantais. Une rencontre peu anodine puisque c’est avec lui qu’il écrit ses premiers textes rap et crée le groupe NSB avec lequel ils tournent pendant plus de 3 ans. Au terme de ces trois années le groupe cesse et Nicko intègre le collectif Bluebud. Il fait ensuite sa place sur la scène indépendante lors de la sortie de son premier album Vision Terrestre en 2015; c’est alors qu’il effectue plusieurs scènes et des avant-premières notables comme Mac Tyer, SPri Noir ou l’after show de Bigflo et Oli. C’est au tour du collectif Bluebud de sortir son premier album 12 balles de l’heure qui entrainera une tournée de un an et demi, puis en septembre 2016 Nicko rejoint Dsibel Production.

21 décembre 2018, il est temps pour Nicko de revenir sur 10 ans de musique et partager son second album Mots pour maux, comprenant 15 titres. Quand j’ai demandé à Nicko de me parler de son projet il m’a répondu “Mon rap n’a pas de bling bling ni de paillettes. Je ne peux pas jouer un rôle de gangster comme le rap actuel le veut, beaucoup disent que mon rap est monotone et parfois déprimant”, et personnellement c’est ce qui m’a plu.

Certes, certains titres ne sont pas joyeux, certains paroles peuvent paraître attristantes mais au moins tout est vrai. Il n’y a pas d’artifice, Nicko joue avec les mots, évoque de nombreux sujets comme l’amour, le suicide ou l’alcool. Des thèmes encore une fois qui se veulent démoralisants mais cependant d’actualité. L’actualité voilà un sujet que Nicko traite à travers la politique, évidemment. Mais savez quoi ? Cela m’a fait du bien d’écouter du rap comme celui-ci, il m’évoque les textes à l’ancienne, même les sonorités parfois old school m’ont rappelé quand le rap était la musique de la revendication, de la dénonciation de la société et de sujets qui peuvent aider ses auditeurs. Cette partie du rap que l’on aime et que l’on veut défendre. On décèle aussi l’ancien slameur par la qualité de sa technique et de sa diction qui donne ce style agréable à écouter.

Je vous parle de mes coups de coeur ?

100 pressions, ce titre je l’écoute en boucle, la prod me donne une vibe de folie, les paroles, le feat tout est là.

Mots pour maux, c’est ce genre de titre qui me fait penser au côté old school, j’aime la nostalgie mélangé à l’envie d’avancer 

Made in Afgha pour la dimension engagée, sombre et qui te met une bonne claque 

J’ai vraiment adoré découvrir cet album et Nicko m’a aussi dit “c’est pour ça que mon rap passe inaperçu” alors je compte sur vous pour écouter et partager au maximum. Vous savez ce qu’il vous reste à faire! 

ÉCOUTE LE PROJET ICI