Vous ne m’avez certainement pas attendu pour entendre parler d’elle, Chilla la nouvelle perle du rap français est actuellement présente dans tous les médias. Et si vous êtes passés côté, alors je me dois de vous partager cette artiste et son Karma.

Le premier titre que j’ai entendu de Chilla ? Il s’agissait de Sale Chienne, il y a peu de temps, un peu par hasard sur Youtube, comme souvent. Je me suis dis « waw, c’est quoi cette bombe ? ». Je me suis renseignée sur elle et j’ai vu qu’elle sortait très prochainement un projet, j’ai attendu avec impatience.

« J’suis celle qui te fout le seum

Celle qui débarque au milieu de milliers d’keums

Tu n’apprécies pas, tu commentes “T’es cheum”

Derrière ton écran, déboussolé t’es seul »

« Loin de tous vos objectifs

J’éviterai les projectiles

Désormais je ne prendrai plus que le positif

Malgré la ville, le stress, on essaie de se calmer »

Le 10 novembre 2017 sort Karma, l’EP de Chilla sort et détone dans les médias. Ils ont dit « le rap c’est pour les mecs, t’es légitime à rapper uniquement si tu viens de la cité » ? Chilla bouscule les codes et vient démolir vos croyances. Son rap est qualifié de féministe, anti machiste, anti sexiste etc … Tout le monde acclame au et fort à quel point il est génial d’avoir une femme dans le rap. Tout cela est vrai. Cependant, c’est en clamant sans cesse la particularité d’avoir une femme de ce milieu qu’on finit par ancrer dans les mentalités que cela est singulier. Au delà de ça, l’EP est une superbe découverte musicale. La puissance et le flow de Chilla sont assez exceptionnelles, sa plume peut s’avérer forte et douce. De la colère déchargée sur ses texte, son rap éclate et malgré des paroles parfois virulentes je trouve une richesse très lumineuse, elle transmet la conviction et l’espoir.

J’ai aimé chaque titre de Karma mes deux gros coups de cœur sont Trouble et Moral. Ce sont les textes qui m’ont le plus touché et je les écoute en boucle. Pour mieux connaître Chilla : elle a 23 ans, baignée dans le blues, le jazz, la soul et le reggae par son père, et dans le pop rock, le ska, la variété française, et les musiques du monde par sa mère ; son cœur a flanché pour le hip-hop. Elle débute le violon à 6 ans, intègre le conservatoire d’Annecy avec des horaires aménagés avec le lycée, passe son bac option musique puis tente une école privée de musique en chant qu’elle ne continue pas. Chilla laisse son violon pour prendre le mic. Conquise par le rap, l’aventure commence. Elle est invitée aux premières parties de BigFlo et Oli, Fianso, Féfé, et Kery James où elle fait parler d’elle avec le titre Lettre au président. Elle travaille avec le producteur TEFA sur son premier EP. La ténacité de Chilla nous amène aujourd’hui à cette pépite : Karma.